L’opéra Œdipe de Georges Enesco, mis en scène par Wadji Mouawad

Un retour aux origines

Au xxe siècle, on compte de nombreuses adaptations pour la scène lyrique de l’Œdipe Roi de Sophocle, que ce soit l’opera-oratorio Œdipus Rex, de Jean Cocteau et Igor Stravinski (1919), ou encore Oedipus der Tyrann de Friedrich Hölderlin et Carl Orff (1959). Le drame lyrique conçu par Georges Enesco, compositeur et virtuose roumain, et l’helléniste Edmond Fleg, s’inscrit dans cette lignée de réinventions inspirées du modèle grec. L’opéra en quatre actes et six tableaux, créé à l’Opéra de Paris le 10 mars 1936, fait l’objet d’une nouvelle mise en scène par Wadji Mouawad en 2021. Auteur de théâtre, comédien et metteur en scène, Wadji Mouawad est passionné par Sophocle dont il a mis en scène toutes les pièces dans Le Dernier jour de sa vie en 2015. L’ombre d’Œdipe plane sur nombre de ses pièces, comme la tétralogie Le Sang des promesses, composée entre 1997 et 2009, qui montre des familles déchirées, brisées par les crimes passés et futurs. La rencontre entre le langage moderne d’Enesco, qui applique l’hétérophonie et la répétition de motifs conducteurs au drame œdipien, et la mise en scène symbolique de Wadji Mouawad, donne lieu à une nouvelle interprétation du mythe entre tragédie de la destinée et retour aux origines.

Œdipe : la tragédie lyrique de la destinée

En 1909, Georges Enesco découvre Œdipe Roi de Sophocle à la Comédie-Française. L’interprétation de Mounet-Sully qui tient rôle titre dans la traduction de Jules Lacroix est une véritable révélation :

 Je sortis de la Comédie-Française possédé. Cette tragédie de la lutte entre l’homme et son destin, cette tragédie la plus inexorable mais aussi la plus pitoyable de toutes, de quelle hauteur ne dépassait-elle pas les tristes faits divers qu’on nous sert en tableaux lyriques[1] ! 

Le compositeur transpose musicalement cette tragédie du destin dans son opéra Œdipe, après trente ans de réflexion et d’élaboration (1909 – 1931). Edmond Fleg rédige le livret de cette tragédie lyrique en quatre actes et six tableaux. Dans sa mise en scène, Wadji Mouawad ajoute au livret original un prologue qui revient sur les origines de la malédiction d’Œdipe afin que les spectateurs prennent connaissance de ce que le fils de Laïos et de Jocaste ignore. Une voix retrace l’histoire de Thèbes, depuis l’enlèvement d’Europe par Zeus jusqu’à la fondation de la cité par Cadmos. Après son mariage avec Harmonie, la fille d’Arès, nait Labdacos, roi de Thèbes qui donne son nom à toute la lignée, depuis son fils Laïos jusqu’à Œdipe. Le prologue fait remonter à l’amour de Laïos pour Chrysippe la cause de tous les maux, dans un épisode totalement absent de la tragédie de Sophocle mais qui faisait certainement l’objet de la tragédie perdue Chrysippe d’Euripide. Après avoir été chassé de Thèbes par des tyrans qui lui ont usurpé le pouvoir, Laïos s’est réfugié auprès du roi Pélops. Il s’éprend de Chrysippe, l’enfant de son hôte, et le viole. L’enfant se pend. Pélops, pour se venger, en appelle à la malédiction d’Apollon : Laïos est condamné à être lui aussi privé de son fils, sous peine d’être assassiné par celui-ci.

Toutefois, Laïos désobéit aux ordres d’Apollon. Dans l’acte I (1er tableau), le peuple de Thèbes célèbre la naissance de son fils avec Jocaste, alors âgée de quinze ans. Tirésias interrompt les festivités pour prévenir Laïos qu’il a désobéi au dieu Apollon. Le châtiment des dieux est sans appel : l’enfant sera l’assassin de son père et l’époux de sa mère. Laïos échoue à tuer son fils et le confie à un Berger pour qu’il l’assassine dans la montagne.

L’acte II est composé de trois tableaux différents qui rapportent les aventure d’Œdipe depuis son départ de Corinthe jusqu’à son mariage avec la reine Jocaste. Enesco met en musique un « prologue » à l’Œdipe Roi de Sophocle, comme l’on fait avant lui Hugo von Hofmannsthal dans Ödipus und die sphinx (1903) et Jean Cocteau dans la Machine infernale (1932) sur la scène théâtrale. Le deuxième tableau montre un Œdipe âgé de vingt ans, tourmenté par le destin que vient de lui annoncer l’oracle de Delphes. Il fait jurer à Mérope qu’il est bien son fils. Toutefois la mère ignore que son véritable enfant a été substitué à Œdipe. Le descendant des Labdacides décide alors de quitter Corinthe pour échapper à la prédiction de l’oracle. Œdipe parvient au carrefour des trois routes, symbolisé par un immense rocher sur lequel transparait la figure d’Hécate, déesse aux deux visages qui relie le ciel aux enfers et scelle la destinée des mortels. Œdipe croise le char d’un vieillard qui lui demande violemment de s’écarter. En se défendant, il tue sans le savoir son propre père, et prend la fuite. Le Berger qui avait jadis sauvé Œdipe est témoin de toute cette scène (2ème tableau). Dans sa course contre le destin, Œdipe parvient aux portes de Thèbes où un veilleur le met en garde contre la Sphinge, un monstre assoiffé de sang, qui dort dans son repère. Œdipe réveille le monstre. Celui-ci lui demande de nommer quelqu’un ou quelque chose de plus grand que le destin. L’énigme de la sphinge est modifiée par rapport à la tradition, pour renforcer le poids du destin dans la réinterprétation d’Enesco, mais la réponse reste la même : Œdipe répond sans hésitation l’Homme. Le monstre agonise en riant aux éclats. Thèbes chante sa libération et unit le tueur de monstre à Jocaste.

L’acte III, qui correspond au cinquième tableau, traduit musicalement l’Œdipe Roi de Sophocle. Vingt ans se sont écoulés depuis le mariage d’Œdipe avec Jocaste. Thèbes subit alors les ravages de la peste. Créon, envoyé à Delphes pour consulter l’oracle d’Apollon, rapporte que le fléau ne prendra fin qu’une fois que le meurtrier de Laïos, présent dans la cité, sera puni. Œdipe jure de retrouver le coupable qu’il  maudit et voue à la colère des dieux, sans savoir qu’il lance des imprécations contre lui-même. Alors qu’Œdipe soupçonne Tirésias, ce dernier lui retourne l’accusation. Le roi de Thèbes, aveuglé par son orgueil, accuse Créon d’avoir mené un complot. Jocaste intervient alors. Mari et femme se confient l’un à l’autre et en viennent à évoquer une même malédiction destinant le fils à tuer son père et à épouser sa mère. Les soupçons d’Œdipe sont confirmés par le Berger. Jocaste tente d’empêcher Œdipe d’aller plus en avant mais il est déjà trop tard : Œdipe découvre qu’il a tué son père avant d’épouser sa mère. Comme Chrysippe, victime d’une sexualité infamante, Jocaste se pend. Œdipe se crève les yeux puis s’exile avec sa fille Antigone pour sauver la cité.

L’acte IV, réécriture de l’Œdipe à Colone, montre enfin l’arrivée d’Œdipe au bois sacré près d’Athènes après une longue errance de plusieurs années. La souffrance l’a purifié, a permis une véritable catharsis. Alors qu’Œdipe pense enfin trouver le repos, Créon vient le supplier de revenir à Thèbes, à nouveau en péril. Il prend Antigone en otage pour contraindre Œdipe d’accepter. En effet, tous connaissent la prophétie qui veut qu’Œdipe donne prospérité à la terre dans laquelle il mourra. Antigone est finalement secourue par les Athéniens qui reconnaissent l’innocence d’Œdipe, victime de sa destinée. Suivi de Thésée, Œdipe recouvre la vue et disparait dans le bois sacré, avant de mourir dans la lumière et de devenir le protecteur d’Athènes.

Thèbes, une invocation à la Terre-Mère ?

La mise en scène de Wadji Mouawad accorde une place majeure aux quatre éléments que sont la terre, l’air, l’eau et le feu, pour faire d’Œdipe une « grande Odyssée » à travers des territoires et des psychés. Dans l’entretien qu’il accorde à Marion Mirande pour la représentation de la tragédie lyrique à l’opéra de Paris en 2021, il explique que les quatre éléments permettent d’identifier et de différencier les lieux les uns par rapports aux autres : « Thèbes correspond ainsi au monde de la terre, Corinthe au monde céleste. Quant à Athènes, lieu de la renaissance d’Œdipe, elle correspond au monde aquatique, qui renvoie au liquide amniotique. Le feu évoque l’intériorité d’Œdipe[1] ». Au-delà de cette clef d’interprétation donnée par le metteur en scène, le rapport des Thébains à la terre rappelle les origines de la cité. Dans le premier tableau, les Thébains apparaissent en effet coiffés de branchages, de rameaux bourgeonnants, de couronnes de fleurs, comme s’ils étaient des êtres directement issus de la Terre-mère. Or, selon la légende, après avoir tué le dragon envoyé par Arès, Cadmos a planté ses dents dans les sillons de la terre thébaine, sur les conseils d’Athéna. Une nouvelle race d’êtres semés, les spartoi, les « Spartes »[2], est née de la terre elle-même. Bien que le prologue ne convoque pas cet épisode, la présence de Cadmos à l’orée de l’opéra et la symbiose entre le peuple thébain et son territoire appellent cette référence au mythe de la fondation thébaine.

Les origines mythiques de Thèbes sont de nouveau suggérées par la naissance d’Œdipe. Après l’accouchement de Jocaste, le cordon ombilical qui retenait le nouveau-né à sa mère est consacré puis planté dans un pot de terre où s’épanouit déjà un jeune arbuste. Mais ce symbole de la vie est renversé, détruit, lorsque Laïos est contraint de faire tuer son fils. La mort succède à la vie, de même les coiffes arborescentes du premier tableau laisse place dans l’acte III, à des troncs et à des arbres morts. La peste frappe alors Thèbes, menacée de destruction. Son peuple est semblable à une terre malade qui ne voit plus la lumière du soleil. Lorsque la vérité éclate enfin, l’exil d’Œdipe permet de sauver la cité de sa décrépitude. L’eau génératrice du bassin sacré du bois des Euménides fait finalement renaître Œdipe en héros protecteur de la cité athénienne. Cette plongée dans le liquide amniotique originelle redonne vie au personnage juste avant sa disparition.

Jocaste ou la tragédie du lien

Jocaste n’est présente que dans le premier et dans le cinquième tableau, au moment de la naissance d’Œdipe et de sa mort symbolique. Son apparition dans le premier acte frappe les esprits : elle apparait avec un large ventre postiche et de très longs cheveux rouges qui évoquent non seulement les liens du sang mais aussi sa mort au bout du lacet après la terrible révélation de l’inceste. Le prologue montre son accouchement sur scène, sous les yeux du peuple thébain. L’accent est aussitôt mis sur le cordon ombilical, une image qui ne cesse de revenir dans la pièce. À peine Jocaste a-t-elle mis au monde Œdipe que le lien avec son enfant est aussitôt brisé : Laïos lui arrache le nouveau-né des bras. Il ne lui reste plus qu’à implorer avec épouvante les Divinités du ciel pour protéger ce fils qu’elle n’a pas eu le temps de nommer.

L’image du lien revient dans le deuxième acte alors qu’Œdipe, bouleversé par les révélations de l’oracle, caresse et tient contre lui une écharpe verte. On peut penser qu’il s’agit l’étoffe de sa mère adoptive Mérope qui, préoccupée par l’anxiété de celui qu’elle prend pour son fils, vient auprès de lui et le questionne sur ses tourments. Cherchant à rassurer Œdipe, elle lui ment en lui faisant croire qu’il est réellement son fils. À nouveau, un lien est rompu entre le fils et sa deuxième mère : Œdipe abandonne l’écharpe verte et renonce à sa famille. En fuyant Corinthe et ses parents, il pense ainsi échapper à son destin.

Le lien entre le fils et la mère est toutefois rétabli à la fin du troisième tableau, lorsque le peuple thébain célèbre leur hyménée. Le rideau tombe alors que les mains de Jocaste et d’Œdipe sont sur le point de se toucher. Jocaste réapparait dans le cinquième tableau, réécriture de l’Œdipe Roi. La chevelure rouge est devenue blanche et les larges tresses forment comme une couronne sur la tête du personnage. La blancheur hiératique de Jocaste, la reine « aux bras blancs », contraste avec le long amas de fils rouges qui part de son ventre et s’élève dans les airs. L’image du cordon ombilical revient alors même qu’Œdipe se questionne de plus en plus sur son identité. Cette même tresse symbolique étrangle Œdipe à mesure qu’il découvre la vérité. Jocaste tourne alors autour de lui, l’emprisonnant dans ses rets maternels et le ramenant à ses origines. Un même mouvement circulaire fait découvrir à Œdipe sa naissance et précipite Jocaste dans la mort. D’une voix blanche, l’épouse se reconnait mère en donnant un nom à Œdipe, celui qu’elle n’avait pu lui donner avant d’être séparé de lui : « Hélas ! Infortuné ! Seul nom dont Jocaste puisse encore te nommer[1] ! ». Reconnaissant son fils dans les traits de son époux, elle s’enfuit dans le palais pour se donner la mort. Le suicide par pendaison est montré sur scène par l’envol de la longue chevelure de Jocaste qui laisse le personnage chauve, comme si toute sa féminité s’était envolée avec la révélation de la vérité mortifère. Œdipe remercie « [sa] mère des enfants qu’elle [lui] a donnés »[2] en supprimant la lumière du jour de ses yeux. L’aveuglement est l’ultime recours pour ne plus voir celle avec laquelle tout lien était interdit.

Dans l’ensemble de l’opéra, Jocaste fait peu entendre sa voix. La plupart de ses répliques sont effacées, notamment celle dans laquelle elle tente de rassurer Œdipe en lui expliquant que tout fils a un jour rêvé de s’unir avec sa mère. Son rôle est très peu développé et sa mort ne fait pas l’objet d’un récit à part entière. Enfin, rien ne dit qu’Œdipe s’est énucléé avec la broche de la robe de sa mère. Enesco prend des libertés avec son modèle antique en supprimant de nombreuses références à l’inceste que la mise en scène rétablit, grâce à l’image symbolique du cordon, des liens du sang, qui irriguent la tragédie lyrique du début à la fin.


[1] Georges Enesco, Œdipe, dans le programme de l’Opéra de Paris, 2021, p. 92.

[2] Id., p. 93.


[1] Entretien avec Wadji Mouawad par Marion Mirande, « L’aveuglante vérité », catalogue de l’opéra de Paris, 2021, p. 74.

[2] Voir Karin Mackowiak, « Les mythes fondateurs de Thèbes et l’histoire : les mises en formes du passé d’une cité et leurs enjeux », Dialogues d’histoire ancienne. Supplément n° 4-2, 2010, p. 563-589 et «“Semer” des dents et planter la frontière du sauvage : le mythe thébain des Spartes », Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, n° 19, 2016, p. 5-24 ; Francis Vian, Les Origines de Thèbes. Cadmos et les Spartes, Paris, Klincksieck, 1963.


[1] José Bruyr, « Un entretien avec Georges Enesco », Le Guide du concert, 13 mars 1936.

Cite this article as: Cassandre Martigny, "L’opéra Œdipe de Georges Enesco, mis en scène par Wadji Mouawad," in Le mythe de Jocaste, 28/09/2021, https://mythejocaste.hypotheses.org/99.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search