« Cette plume je voudrais que vous me la prêtiez »

Réécrire l’Œdipe Roi grâce au témoignage de Madame Jocaste dans la pièce d’Alain Pontaut

J’ai présenté cette réécriture d’Alain Pontaut lors de la journée d’étude des Doctorales du 26 juin 2021, organisée par les doctorant.e.s de Sorbonne Université (laboratoires du CELLF, Centre d’Etude de la Langue et des Littératures Françaises et CRLC, Centre de Recherche en Littérature Comparée). Le thème de cette journée, « réécrire », invitait à considérer le texte littéraire dans sa dimension évolutive et métamorphique, en interrogeant toutes les pratiques de réécriture littéraire, qu’elles concernent la genèse des œuvres, la traduction ou la réappropriation, entre imitation et subversion. Cette communication, ainsi que l’ensemble des autres présentations, sont à retrouver sur le carnet hypothèse de l’équipe des Doctorales.

Résumé

Dans Madame Jocaste, pièce de théâtre publiée en 1983 par Alain Pontaut, une femme bientôt quinquagénaire demande à un jeune journaliste qu’elle a fait enlever, nommé Yoyo, de devenir son biographe et celui de sa famille. Son histoire scandaleuse, qui a défrayé « la chronique mondiale[1] », a fait l’objet de « distorsions » et de « déformations », qu’elle veut corriger en rétablissant la vérité. Jocaste et le journaliste, en même temps qu’ils réécrivent l’Œdipe Roi de Sophocle, rejouent la tragédie et toutes celles qui ont nourri le mythe d’Œdipe et de Jocaste. À eux seuls, ils endossent les rôles de Chrysippe, Laïos, Œdipe, la Sphinge, Créon, Tirésias et Jocaste, et repensent ainsi la situation des personnages en les soustrayant à la fatalité, en redonnant une place à l’amour, et en remplissant les béances du texte grec. La pièce d’Alain Pontaut propose ainsi une double réécriture qui redonne la parole à Jocaste. C’est cette déconstruction du mythe œdipien, fruit des nombreuses réécritures dont il a fait l’objet en littérature mais aussi en sciences humaines à travers la psychanalyse, et cette réappropriation du mythe antique par la modernité, que l’on se proposera d’analyser dans une perspective comparatiste.


[1] Alain Pontaut, Madame Jocaste, Montreal, Leméac, 1983, p. 13.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search