Le projet de Thèse

Devenir Jocaste : naissances et renaissances du personnage, de l’Antiquité à nos jours.

Ci-dessous le projet de thèse tel qu’il a été présenté en mai 2020 en vue de l’obtention d’un contrat doctoral  à Sorbonne Université : les enjeux du sujet doivent encore être approfondis mais les grandes idées directrices sont là.

Etat de la question

On a beaucoup parlé d’Œdipe ; Jocaste est longtemps restée muette, renvoyée au silence qui se referme sur elle à la fin de l’Œdipe roi de Sophocle, ne faisant pas l’objet d’une analyse poussée. Pourtant, Jocaste continue de projeter son ombre sur Œdipe, comme le met en évidence Nicole Loraux dans son interprétation de la pièce grecque[1], mais aussi sur les nombreuses réécritures et transpositions de l’histoire œdipienne.

Si Jacques Scherer[2] et Colette Astier[3] ont bien souligné le caractère matriciel de cette histoire, en dessinant les « destinées œdipiennes »[4] en littérature et en sciences humaines, ils n’insistent guère sur le personnage pourtant important de celle qui est à la fois l’épouse et la mère du héros. Pourtant, Jocaste est certainement jouée par le deutéragoniste[5] dans la pièce de Sophocle où elle tient le rôle principal au côté d’Œdipe dans les deuxième et troisième épisodes. Mitsutaka Odagiri[6] a offert un nouveau point de vue sur la dramaturgie œdipienne en soulignant l’importance acquise par Jocaste à travers différents œuvres dramatiques françaises, de Robert Garnier à Jean Anouilh. D’après J. Scherer qui mentionne La Machine infernale de Cocteau ou l’EdipoRe de Pasolini,« La figure de Jocaste intéresse plus la sensibilité moderne que celle de Laïos »[7]. Elle intéressait déjà la Grèce antique[8], comme en témoignent les références faites au personnage avant Sophocle, notamment dans le chant XI de l’Odyssée d’Homère[9], ou, dans un fragment de Stésichore[10], un très long monologue probablement attribué à Jocaste.

La perspective moderne est liée à la psychanalyse et aux études sur le genre, deux perspectives évidemment différentes de celles de l’Antiquité. M. Odagiri, J. Scherer et C. Astier ont tous trois analysé l’influence des théories freudiennes et du « complexe d’Œdipe » sur la dramaturgie du XXe siècle. À ce titre, des auteurs modernes comme Gide, Cocteau, Anouilh ou encore Moravia affrontent le thème de l’inceste, sans cesse au cœur des propos des personnages de la tragédie grecque mais longtemps tu ou édulcoré, surtout par les réécritures du XVIIe siècle. La mère, centrale dans la formulation freudienne du complexe œdipien, est également mise au centre de l’espace scénique. Le personnage de Jocaste s’épaissit de ces inspirations modernes et apparaît de plus en plus essentiel dans les réécritures, au théâtre mais aussi dans les arts narratifs. Or aucun des ouvrages critiques cités n’analyse les transpositions de l’histoire œdipienne dans les nouvelles de Maupassant ou d’Anatole France au XIXe siècle, qui inscrivent Jocaste, avant même que n’interviennent les théories freudiennes, dans leur titre même. Les récentes réécritures de l’histoire œdipienne continuent elles aussi de donner de la profondeur à un personnage longtemps caché dans l’ombre du héros. Le scénario légué par Sophocle ne cesse d’être repensé à l’aune des nouvelles époques et doctrines, en témoignent les pièces de Michèle Fabien et de Nancy Huston ainsi que les opéras de Charles Chaynes et d’Hélène Cixous[11]. Jocaste s’affirme, s’imposant dans les titres des œuvres ou devenant le vecteur d’une critique féministe. Ainsi, à travers la voix de Jocaste, M. Fabien pose la question de la parole des femmes et de leur place dans la littérature et C. Chaynes met en musique les problèmes des femmes dans les sociétés modernes, faisant du personnage éponyme de son opéra l’incarnation de toutes les femmes victimes de la folie des hommes. La voix de Jocaste dénonce le pouvoir patriarcal dans un opéra d’H. Cixous où règne un féminisme affirmé. Dans ces réécritures, l’identité féminine de Jocaste n’est plus réduite à la fonction maternelle que M. Odagiri mettait en évidence.

Ces réécritures s’inscrivent, de fait, dans un contexte plus large de réappropriation de la figure de Jocaste par des théories qui repensent le rapport femme/mère. Les Enfants de Jocaste de Christiane Olivier[12] faisait de Jocaste le pivot d’une réflexion sur la place de la femme dans les théories freudiennes: « Si Œdipe est considéré comme le modèle universel de l’homme »,  écrit-elle, « Jocaste ne peut-elle pas être tenue pour le mythe éternel de la femme-mère ? »[13].Toutefois, bien qu’elle critique au début de son ouvrage les théories psychanalytiques, elle ne s’affranchit pas des codes masculins. C’est ce que fait remarquer Francine Comte[14] qui repense donc la figure de Jocaste, devenue pour elle la représentation de toutes les mères, mais cette fois-ci libérée de la faute dont l’accablait C. Olivier : celle du désir coupable de l’inceste.

Cette affirmation du personnage au fil des réécritures et jusqu’au sein des réflexions et polémiques sur le rapport femme/mère invite à penser le « mythe de Jocaste » à l’intérieur du « mythe d’Œdipe »[15], voire de manière autonome.

Objectifs

Au fil des réécritures, de deutéragoniste le personnage de Jocaste est devenu protagoniste du drame : elle est la figure centrale de récits, d’essais et de pièces contemporains, voire l’unique personnage présent sur scène comme dans le monologue de M.Fabien. Jocaste ne se définit plus par son silence mais au contraire affirme sa parole. Quels phénomènes ont-ils permis ce changement radical et quelles en sont les conséquences ? Cela implique-t-il, en plus d’une reconsidération de la place desfemmes dans les relations familiales et sociales, une restructuration du personnage, une modification de l’histoire et du rôle qu’il y joue ? 

Pour comprendre ces phénomènes, on s’attachera à retracer l’histoire œdipienne depuis l’Antiquité, à en montrer les évolutions et inflexions, en changeant de perspective par rapport aux études déjà faites sur le sujet : on examinera comment dialoguent et interagissent avec Jocaste les figures d’Œdipe, de Laïos, de Créon, d’Antigone, d’Etéocle et de Polynice, ou leurs avatars.Il s’agit d’étudier l’existence scénique et narrative du personnage, ses naissances et renaissances en tant que reine, femme, épouse et mère à travers différents genres et aires culturelles.En effet, cette structuration du personnage sera mise en évidence dans une démarche comparatiste,à travers un corpus large et diachronique qui s’enrichira au fil de la recherche et qui ira des auteurs antiques jusqu’aux œuvres les plus récentes en confrontant les genres : théâtre, roman, cinéma et opéra[16]. Ce corpus mettra en regard les réécritures et les transpositions de la pièce de Sophocle et les œuvres traitant du cycle thébain, telles Les Phéniciennes d’Euripide, la Thébaïde de Stace ou celle de Racine.

Il faudra tenir compte de la duplicité de Jocaste, au sens propre du terme : elle est double épouse, double mère, épouse-mère mais aussi, dans l’Œdipe roi, «  double champ maternel » qui enfante une « progéniture double »[17]. Cette duplicité va de pair avec l’ambiguïté des sentiments et de l’éthique attribués par les œuvres à ce personnage énigmatique[18] : Jocaste est-elle une victime du destin et de la malédiction qui frappe les Labdacides ou, au contraire, est-elle maîtresse de son destin et  coupable d’avoir commis l’inceste sciemment[19] ? Les nombreuses interrogations que fait naître ce personnage sont intrinsèquement liées à un questionnement plus général portant sur la conception du féminin et du rôle social des femmes en fonction des différentes aires culturelles et des différentes périodes. Dès lors, il est indispensable de s’interroger sur la genèse du « mythe de Jocaste » en mobilisant les différents travaux et réflexions théoriques existants. Il faudra bien sûr explorer les théories psychanalytiques et féministe mobilisées ou sous-jacentes dans les œuvres contemporaines, tout comme les contextes sociaux, religieux, politiques et philosophiques de celles qui les précèdent.

Méthodologie

La première difficulté rencontrée pour traiter un tel sujet est d’établir les contours d’un corpus diachronique dont l’unité se fait autour de Jocaste. Il faudra, nécessairement, le circonscrire, en fonction du temps imparti, des compétences linguistiques, et des phénomènes que la première année de recherche mettra en évidence. Deux écueils devront être évités : l’un est l’enfermement dans les deux ou trois langues et donc cultures bien connues en méconnaissant ou en laissant de côté les reprises dans d’autres cultures ; l’autre, la tentation de l’exhaustivité, au prix d’un risque fort de superficialité et de l’oubli de l’étude en langue originale. On peut d’ores et déjà affirmer que toutes les œuvres du corpus ne seront pas traitées de la même manière : celles qui présentent un renouvellement de la figure de Jocaste seront davantage analysées et formeront le corpus primaire tandis que d’autres serviront de contrepoint pour mettre en relief les évolutions significatives que connaissent le personnage et son histoire.

Les composantes de ce corpusque sont la traduction, la réécriture et l’adaptation devront également être prises en compte afin de mesurer la spécificité des réinterprétations de l’histoire d’Œdipe et de Jocaste. Un élément communréunit ces termes : « Tous renvoient à une intervention […] qui, à partir d’un texte original, amène à la constitution d’un nouveau produit textuel, un “dérivéˮ du premier »[20]. Comment « un texte original » donne-t-il lieu à ces « interventions »et, concernant Jocaste, la tragédie est-elle l’unique source de « nouveaux produits textuels » ? Dans quelles mesures d’autres sources ont influé sur les œuvres modernes ? Se sont-elles développées de manière autonome ?

Ces questionnements rejoignent ceux portant sur le « devenir-mythe » d’une œuvre, pour reprendre les termes de Véronique Gély[21] : comment et pourquoi une œuvre de fiction donne-t-elle naissance à un mythe ? Pour mieux appréhender toute la complexité du concept de mythe, nos analyses convoqueront la moderne mythocritique qui envisage les figures de la mythologie dans la « longue durée » et dans « les grands espaces », selon la formule de Sylvie Ballestra-Puech[22]. D’après elle, cette extension est seule capable de rendre compte du mythe littéraire, dans la mesure où « le mythe littéraire permet peut-être, dans chacune de ses actualisations, une double révélation : une ou plusieurs de ses significations latentes deviennent explicites mais, dans un mouvement symétrique, il offre à chaque époque et à chaque créateur un miroir magique où se révèle, peut-être à leur insu, leur singularité »[23].Dans quelle mesure l’histoire et la figure de Jocaste peuvent-elles être considérées comme un mythe littéraire ? C’est ce que l’étude comparatiste d’un corpus diachronique permettra de mettre en évidence.

Enfin, il sera pertinent pour ce sujet d’analyser les rapports entreAntiquité et modernité en nous fondant sur les études de réception des textes antiques et en empruntant au vaste champ des études sur la « tradition classique » et sur la « réception des classiques ». Les réécritures faisant de Jocaste la protagoniste révèlent une tension vis-à-vis de l’autorité des textes antiques, entre rejet et récupération. Si de nombreuses réécritures reprennent sans la remettre en cause la matière antique et la font perdurer dans une tradition relevant notamment de la psychanalyse freudienne, nombreuses sont aussi celles qui la modifient largement voire la contestent[24].

En effet, la figure mythologique qu’est Jocaste est réhabilitée par les littératures héritières du féminisme qui lui donnent une voix. Dans cette perspective, l’analyse des évolutions du personnage s’inscrit dans une étude plus globale sur les révisions féministes de la mythologie. Cela implique de s’intéresser aux rapports entre « mythes » et « genres » en nous demandant quelle(s) définition(s) l’on entend donner non seulement du « genre » mais aussi du « mythe »[25]. Quant à la pertinence de la notion de genre, à propos de l’Antiquité, on prendra notamment appui sur la mise au point de Pauline Schmitt-Pantel[26]. Quels sont les enjeux des reprises féministes de la figure de Jocaste ? S’agit-il seulement de dénoncer un patriarcat oppressif ? Ces réécritures ne cherchent-elles pas à exprimer l’altérité, la différence voire le scandaleux en choisissant de donner la parole à un personnage incestueux ? Pour tenter de répondre à ces questions, il faudra mettre en regard ces réécritures avec les théories féministes qui repensent le rapport mère / femme et avec les études sur les genres qui analysent la réappropriation de la mythologie.


[1]« L’empreinte de Jocaste », L’Ecrit du temps, n°12, 1986, p. 35-54.

[2]Dramaturgies d’Œdipe, Paris, PUF Ecriture, 1987.

[3]Le Mythe d’Œdipe, Paris, Armand Colin, 1974.

[4]Ibid. p. 84.

[5]Dans le théâtre grec antique, il s’agit de l’acteur jouant le deuxième rôle le plus important, après celui du protagoniste.

[6]Mitsutaka Odagiri, Écriture palimpsestes ou les théâtralisations françaises du mythe d’Œdipe, Paris, L’Harmattan, 2001.

[7]Id., p. 45.

[8] Voir Timothy Gantz, Early Greek Myth, Baltimore / London, Johns Hopkins University Press, 1996. 

[9] Ulysse voit dans la Nekuya, parmi les héroïnes célèbres, Epicaste, mère d’Œdipe, qui commit une action monstrueuse, sans le savoir, en épousant son fils ; Homère, L’Odyssée, chant XI, éd. et trad. de V. Bérard, Paris, Belles Lettres, « classiques en poche », 2007 [1924], v. 371-380, p. 154-156.

[10]G. Ancher, C. Meillier, Cahier de Recherches de l’Institut de Papyrologie et d’Egyptologie de Lille, Villeneuve dAscq : Université de Lille III, 1976.

[11] Cf. bibliographie.

[12]Paris, éd.Denoël / Gonthier, 1980.

[13]Ibid., p. 12.

[14]Jocaste délivrée: maternité et représentation des rôles sexuels, Paris, éd. La découverte, 1991.

[15]Ibid., p. 13.

[16] Ce corpus pourra faire l’objet d’une base de données répertoriant toutes les réécritures qui mettent en jeu le personnage de Jocaste.

[17]Voir Florence Dupont, art. cit., p. 48-49.

[18] Sur « L’énigme de Jocaste », voir M. Fabien, op. cit., p. 28.

[19] C’est l’interprétation du personnage que donne Brian Wilson Jocasta : Wife and Mother. A Novel, London, Rose Press, 2004 ; Jocaste, traduit de l’anglais par C. de Léobardy, Paris, Métailié, 2006.

[20]Christine Lombez, « Réécriture et traduction », La Littérature dépliée : reprise, répétition, réécriture, actes du colloque international du Forell tenu à l’occasion du XXXIVe Congrès de la Société française de littérature générale et comparée, Poitiers, 7-9 septembre 2006, dirigé par J.-P. Engélibert et Y.-M. Tran-Gervat, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 71-80.

[21] Véronique Gély, « Le devenir-mythe des œuvres de fiction », Mythe et littérature, Sylvie Parizet (dir.), Paris, Lucie éditions pour la SFLGC, 2008, p. 69-98, p. 75.

[22] Sylvie Ballestra-Puech, « Longue durée et grands espaces : le champ mythocritique » dans Le Comparatisme aujourd’hui, textes réunis par Sylvie Ballestra-Puech et Jean-Marc Moura, Villeneuve d’Ascq, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 1999 (UL3 Travaux et recherches), p. 23-33.

[23]Ibid.

[24]Voir à ce propos Véronique Gély, « Les Anciens et nous : la littérature contemporaine et la matière antique. », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°2, 2009, p. 19-40.

[25] Voir à ce propos Véronique Gély, « Les sexes de la mythologie : mythes, littérature et gender », Littérature et identités sexuelles, éd. A. Tomiche et P. Zoberman, Paris, Lucie éditions, « Poétiques comparatistes »(SFLGC), 2007, p. 47-90.

[26] « L’histoire des femmes en histoire ancienne aujourd’hui », dans Histoire des femmes en Occident, éds. Georges Duby et Michelle Perrot, I. L’Antiquité, dir. P. Schmitt Pantel, Paris, Plon, 1991, p. 608.

Cite this article as: Cassandre Martigny, "Le projet de Thèse," in Le mythe de Jocaste, 11/05/2021, https://mythejocaste.hypotheses.org/27.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search