Relire pour nous relier : Voix, chants et contre-chants dans les réélaborations féminines du mythe de Jocaste

Le douxième numéro de la revue GLAD!(revue sur le genre, le langage, les sexualités) coordonné par Aurore Turbiau, Mathilde Leïchlé, Camille Islert, Marys Renné Hertiman et Vicky Gauthier, du collectif de recherches féministes Les Jaseuses, propose une réflexion autour de la notion de « constellations créatrices », qui questionne les canons et les jugements de valeur afin de déployer de nouvelles méthodes de recherche sur les œuvres des artistes femmes ou queer. Les textes publiés dans ce numéro sont les fruits d’un colloque, organisé en 2021 par les Jaseuses et soutenu par le groupe Philomel / Initiatives Genre, intitulé :
« Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer* ». 


Partant du constat que les œuvres des artistes femmes ou queer sont souvent jugées « mineures », « invisibilisées », « isolées » ou « pionnières », les autrices du numéro ont cherché à explorer les liens que ces œuvres tissent entre elles, ou les liens qui pouvaient exister entre leurs créateurices. Les autrices proposent de partir de ces constellations, de ces liens, pour réfléchir aussi à de nouvelles méthodes de recherche.

©GAllica, BnF. Planisphère céleste, contenant toutes les étoiles visibles à l’oeil nu et les principales curiosités du ciel, sous la dir. de Camille Flammarion ; dressé par Paul Fouché ; Maurice Perrin ; Th. Moreux.

Résumé de l’article :

À partir d’un entretien que j’ai pu mener avec l’écrivaine Hélène Cixous, je me suis interrogée sur les enjeux des relectures et réécritures féminines/féministes de l’Œdipe Roi de Sophocle dans Le Nom d’Œdipe. Chant du corps interdit (1978) d’Hélène Cixous, Jocaste (1981) de Michèle Fabien et Jocaste Reine (2009) de Nancy Huston. Je montre la façon le mythe de Jocaste s’est enrichi de nouvelles interprétations grâce aux échanges que ces autrices ont établis entre leurs œuvres mais aussi avec celles de leurs prédécesseurs. Les trois réécritures relisent les interprétations patriarcales du mythe de Jocaste et créent à partir d’elles ou contre elles d’autres réseaux de significations. J’analyse la façon dont les autrices défont les textes sources pour tisser un autre texte qui fasse entendre les voix du personnage et qui redonne sa place à l’amour et au couple en promouvant un langage libérateur. Le paradigme critique de la constellation souligne ce dialogue entre passé et présent, entre les réélaborations d’un texte, ses lectures et ses exégèses, pour montrer les lignées qui se créent et l’impossible figement d’un mythe en perpétuel reconfiguration.

Sommaire du numéro de la revue :

Dossier Thématique : Constellations créatrices 

Recherches

Explorations 

Créations 

  • Mathilde Chauvel, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Manon Lecaplain, Mathilde Leïchlé et Laboratoire Corps genre arts de l’association EFiGiES. Retracer notre ciel Constellations féministes et queer : archives et création contemporaine

Varia

Recherches 

Chroniques

Actualités

Notes de lecture

Comptes rendus


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search