« La Reine en amont » de la création poétique et de la psyché humaine dans l’œuvre d’Henry Bauchau

Résumé

La Reine en amont, publiée en 1969 sous le titre La Machination[1], est la première pièce de théâtre dans laquelle Henry Bauchau explore le mythe d’Œdipe qui sera central dans les romans Œdipe sur la route (1990) et Antigone (1997). Dans un entretien accordé à Pascale Mignon, l’auteur belge explique que sa rencontre avec le mythe vient de la lecture de Freud[2] et plus largement de son goût pour la psychanalyse. Au moment où il écrit La Reine en amont, entre 1966 et 1968, il achève sa seconde analyse avec Conrad Stein. Le « complexe d’Œdipe » nourrit ses productions littéraires et notamment sa première pièce qui « tourne surtout autour de Jocaste[3] ». L’hésitation entre les deux titres, La Machination et La Reine en amont, montre deux aspects différents de la pièce qui ne sont pas pour autant contradictoires : l’un souligne la dimension politique de la pièce, l’autre sa dimension poétique et psychanalytique. Jocaste est à la jonction de ces deux titres, en tant que reine de Thèbes mais aussi en tant reine qui se tient « en amont », à la source de toute chose, « du fait de son statut archétypal dans le complexe d’Œdipe freudien[4] ». Freud interprète les rêves d’union avec la mère, de meurtre du père, comme les clés de la psyché humaine et perçoit dans l’amour de l’enfant pour un de ses parents, sa haine pour l’autre, le nœud des impulsions psychiques qui détermineront l’apparition ultérieure de névroses. La pièce de Bauchau met en scène les abimes de l’inconscient et réécrit la rivalité père-fils ainsi que les fantasmes incestueux entre la mère et son fils.

Toutefois, La Reine en amont déconcerte le lecteur/spectateur, connaisseur de Sophocle et de Freud. Le mythe est considérablement modifié puisqu’il sert de support aux fantasmes d’Alexandre : le parricide n’a jamais lieu et l’inceste n’est pas condamné. Dans cette réinterprétation politique et psychanalytique de l’histoire antique, le personnage de la reine Jocaste/Olympias est central. L’histoire œdipienne révèle sans ambigüité la rivalité entre le fils et le père vis-à-vis de la mère du récit cadre qui est, sur tous les plans dramaturgiques, le véritable enjeu du drame, un drame politique doublé d’un drame psychanalytique.


[1] La pièce trouve son nom initialement prévu par l’auteur à l’occasion de sa réédition en 1995 chez Actes Sud dans Arbre fou qui rassemblait tous les textes de théâtre et de poésie du cycle d’Œdipe et Antigone. Le titre est défini par sa reprise dans Henry Bauchau, Théâtre complet, Arles, Actes Sud-Papiers, 2001.

[2] « “L’écriture est liée à la vie, aux mouvements de la vie” Entretien avec Henry Bauchau », La lettre de l’enfance et de l’adolescence, vol. 61, n° 3, 2005, p. 75 : « Henry Bauchau : Je suis entré [dans la mythologie] peu à peu. Je pense qu’il y a eu un intérêt déjà quand j’étais enfant, mais au fond c’est surtout la psychanalyse qui m’a amené à cela, à cause du complexe d’Œdipe, de tout ce que Freud a dit sur l’enfance, des nombreux travaux qui ont été faits par Mélanie Klein, Winnicott. Je me suis toujours intéressé au problème d’Œdipe. »

[3] Ibid.

[4] Voir Éric Pellet, « le rêve, les bribes et le reste : de La Reine en amont à Ceinte », dans Myriam Watthee-Delmotte, Catherine Mayaux (éd.), Henry Bauchau en scène, Revue internationale Henry Bauchau, L’Écriture à l’écoute, n° 7, 2015, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2015, p. 100.

Cite this article as: Cassandre Martigny, "« La Reine en amont » de la création poétique et de la psyché humaine dans l’œuvre d’Henry Bauchau," in Le mythe de Jocaste, 04/01/2022, https://mythejocaste.hypotheses.org/117.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search